PDPC : SATISFACTION DU COMITE DE PILOTAGE

site_5205

Sous la présidence de Monsieur le Directeur de cabinet du Ministères des Finances, il s’est tenu dans la salle de réunions de ce Ministère, une réunion du Comité de Pilotage du PDPC Ouest. La réunion, qui avait pour objectif de valider le programme d’activités réalisées au cours de l’année 2015 et le Plan de travail budgétaire annuel pour l’exercice 2016, a connu la participation de M. le Ministre provincial de l’Agriculture, Pêche, Elevage et Développement rural du Kongo Central, de MM. les Directeurs de cabinets des Ministères du Plan, de l’Industrie, de l’Agriculture, Pêche et Elevage, ainsi des Coordonnateurs de la CFEF, du CSSP et de la CAZES. Le représentant de l’ONUDI et le consultant en charge de la construction et reconstruction de la chaîne semencière ont également pris part à la dite réunion.

Il se dégage des échanges que des avancées majeures ont été réalisées depuis la dernière réunion de supervision de juin 2015, permettant de donner des perspectives de décaissement dès le début de l’année 2016. Le Comité de pilotage a approuvé le PTBA exécuté au cours de l‘exercice 2015 et pour l’exercice 2016. Il a salué l’engagement de la Coordination Nationale à faire avancer les programmes des activités, en dépit des difficultés structurelles rencontrées.

Lancement de toutes les activités de la composante 1 IMG_5189

L’état des lieux de la composante « Développement des chaînes de valeur agricoles dans le Kongo Central », pour USD 48 millions, montre que toutes les activités sont lancées, avec la forte implication de toutes les parties prenantes ; ce qui est salué par les membres du Comité de Pilotage, principalement par le Gouvernement du Kongo Central. Pour mémoire, la mise en œuvre du projet a été difficile pendant les 18 premiers mois suite à des facteurs exogènes identifiés au cours de la dernière mission de supervision de la Banque mondiale ; ce qui a fortement retardé les décaissements. Une accélération très sensible des décaissements est attendue au 1° semestre de l’année 2016.

Par sous-composante, il sied de noter que grâce à l’appui à l’INERA et au SENASEM, 4.124kg de semences de base de riz (soit 103,1% de l’objectif), 40 hectares de parcs à bois de manioc, représentant 879.944 mètres linéaires de boutures (soit 110% de l’objectif) et 14.557 graines de palmiers à huile ont été produits et certifiés. Toutes ces semences sont à fournir à 24 opérateurs semenciers identifiés par le SENASEM pour la production de 4.160.000 mètres linéaires de bouture à mettre à la disposition des coopératives dès octobre 2016 et février 2017 et 73 tonnes de semences de riz à mettre à la disposition des coopératives entre mars et juin 2016.

Dans l’entretemps, les négociations avec SNV, pour la signature d’une convention de maîtrise d’ouvrage déléguée en vue de la structuration et la professionnalisation de 50.000 producteurs agricoles (25.000 pour le manioc, 20.000 pour la filière huile de palme et 5.000 pour le riz) sont terminées. Cet appui permettra de rendre opérationnel un réseau de 250 coopératives agricoles disséminées dans les pôles nodaux.

Quant à l’ONUDI, le contrat pour la mise en place du processus intégral d’implantation des trois plateformes industrielles (Tshela, Lukula et Kimpese) a été signé au cours du dernier semestre 2015.

IMG_5212Concernant les travaux de réhabilitation des pistes rurales et construction d’ouvrages d’art, ils sont conditionnés par l’approbation, d’une part, des études d’impact environnementales et sociales, et d’autre part, par la sélection du cabinet chargé des études de faisabilité relatives à la mise en place des plateformes nécessaires à la valorisation des produits du manioc, du riz et de l’huile de palme.

Un autre activité qui requiert l’approbation des études d’impact environnementales et sociales est le soutirage de la ligne haute tension 220 kilovolts entre Manterne et Boma (35,9 km) pour l’amélioration de desserte en électricité des plateformes de Lukula et Tshela.

En terminant l’examen de cette composante, M. le Ministre provincial de l’Agriculture a salué les avancées réalisées et a remercié la CFEF pour son engagement. Pour sa part le Comité de pilotage a noté avec satisfaction ces diverses avancées et formulé des recommandations pour accélérer les activités.

Le processus d’indemnisation des PAR est en cours

Concernant la Composante 2 « Développement de la zone économique spécial de Maluku », les objectifs à fin décembre 2015 étaient de disposer d’un foncier apuré, de finaliser le processus de recrutement du conseiller en transaction, de mettre en place l’Agence des Zones Economiques Spéciales et d’actualiser le schéma directeur.

A date, l’apurement du foncier s’effectue dans le cadre du Plan d’Action de Réinstallation (PAR), dont l’objectif est de définir les procédures permettant d’organiser au mieux la compensation, le déplacement et la réinstallation des populations affectées par les activités du projet. En exécution dudit PAR, de fonds destinés aux indemnisations de 181 concessions concernées ont été logés dans une banque commerciale. 72% des personnes identifiées ont été indemnisées et les cas litigieux ont été transmis à la Commission des griefs.

Quant au recrutement du conseiller en transaction en vue de la sélection compétitive d’un aménageur pour la viabilisation de la ZES de Maluku, le dossier est en cours d’analyse auprès du bailleur de fonds.

Le processus de la mise en place de l’AZES est en stade final. En effet, après le décret n°15/007 du 14 avril 2015 portant création, organisation et fonctionnement de l’AZES, l’approbation de la composition de son Conseil d’administration à la fin du mois de novembre 2015, il ne reste que la nomination des membres dudit Conseil et le recrutement du personnel par un cabinet en cours de recrutement.

IMG_5242Les systèmes de sécurité alimentaire délégués à l’ONUDI

Pour la composante 3, relative au « Développement pro actif des affaires », 2 activités ont été examinées. D’abord, les systèmes de sécurité alimentaire des aliments en RDC et, ensuite, le soutien à la mise en œuvre des réformes du climat des affaires.

Pour ce qui est des systèmes de sécurité alimentaire, le Comité de pilotage a approuvé les termes de référence relatifs à l’assistance technique et a recommandé de déléguer les études et l’assistance technique à l’ONUDI. En effet, cette structure des Nations Unies a fait ses preuves dans plusieurs projets de renforcement des capacités commerciales (normalisation, laboratoire, réglementation) et de service du développement de l’agrobusiness (mise à niveau des entreprises et groupements, formation etc.). Cette recommandation est également soutenue par le fait que l’ONUDI a contractualisé avec le PDPC pour, notamment, la construction d’un laboratoire de contrôle d’hygiène et de qualité en partenariat avec l’OCC à Kimpese.

Quant au soutien à la mise en œuvre des réformes du climat des affaires, le Comité de pilotage a constaté les difficultés dans la mise en œuvre du contrat des activités pour les sous-composantes 3.2 et 3.3 par le CPCAI, étant donné le changement institutionnel transférant les activités du CPCAI à une autre structure. Il a donc été recommandé au Ministère du Plan de clarifier dans les meilleurs délais la gouvernance des activités relatives au climat des affaires et d’en évaluer l’impact sur le protocole d’accord signé avec le PDPC.

Toutes ces augurent d’un déroulement satisfaisant des activités du PDPC au cours de l’année 2016, avec le début des activités du maître d’ouvrage délégué, SNV, et de la firme chargée de réaliser l’étude de faisabilité des plateformes industrielles