Journées portes ouvertes pour la société civile : La Banque mondiale conforte la CFEF sur la redevabilité

DSC_1301Journées portes ouvertes pour la société civile : La Banque mondiale conforte la CFEF sur la redevabilité

La CFEF a pris une part très active à la journée portes ouvertes de la Société civile organisée par la Banque mondiale le vendredi 6 mars 2015. Les quatre projets financés par la Banque mondiale, à savoir le Projet de Développement du Pôle de Croissance Ouest (PDPC), le Projet de Développement des Infrastructures Financières et Marchés (PDIFM), le Projet de Renforcement des Systèmes de Développement Humain (PRDHU) et le Projet d’Urgence relatif à la Violence Sexuelle et Basée sur le Genre et la Santé des Femmes dans la région des Grands Lacs (PUVSBG) ont été expliquées à la centaine des visiteurs qui ont répondu à l’invitation en dépit de la pluie diluvienne qui s’est abattue sur Kinshasa.

Les membres des organisations paysannes, les opérateurs culturels, les activistes des droits de l’homme, les encadreurs des personnes vivant avec les VIH, les défenseurs des personnes

vulnérables… étaient essentiellement intéressés par l’éligibilité aux projets de la CFEF, les critères de choix des sites bénéficiaires des activités, le processus de mise en œuvre des activités menées par la CFEF. Le Staff de la CFEF a donné des réponses appropriées et ont eu l’occasion de partager leurs expériences dans la gestion de différents projets aux visiteurs. Des contacts ont été pris avec certains acteurs de la Société civile afin d’approfondir les possibilités de collaboration et de partenariat dans la réalisation des activités menées par la CFEF.

Un cadre de la CFEF remet de la documentation à un visiteur

Un cadre de la CFEF remet de la documentation à un visiteur

Au cours de cette journée, deux ateliers ont été organisés à l’intention des participants. Le premier avait pour thème « le rôle de la société civile dans les projets financés par la Banque mondiale. Exemple du projet PROFIT Congo », et le deuxième sur « l’expérience de la Banque mondiale avec la Société civile ». Dans son entretien avec les membres de la Société civile, Monsieur Ahmadou Moustapha Ndiaye, le nouveau Directeur des opérations de la Banque mondiale pour les deux Congo, a insisté sur le sens de la redevabilité ; une vertu indispensable pour développer l’esprit de transparence.

Cette préoccupation rejoint la CFEF qui a toujours fait de la redevabilité une des lignes directrices de sa stratégie de la communication et du suivi-évaluation. Elle oblige la CFEF à rendre compte de l’exécution des projets selon les règles et les normes convenues avec les parties

prenantes ; donc l’obligation de présenter de façon claire et impartiale sur les résultats, au regard du mandat et/ou des objectifs fixés. La redevabilité pose la question de la mise en responsabilité de l’ensemble des parties prenantes, y compris du bénéficiaire. Chacun est comptable, devant toutes les parties prenantes, des activités qu’il réalise et des résultats obtenus.

Monsieur Amadou à l'issue de sa visite au stand de la CFEF

Monsieur Amadou à l’issue de sa visite au stand de la CFEF

Au terme de son intervention, Monsieur le Directeur des opérations de la Banque mondiale a visité le   stand de la CFEF. Le cadre de cohérence des activités de la composante 1 du PDPC a particulièrement attiré l’attention de Monsieur Ahmadou Moustapha Ndiaye, qui a néanmoins fait des observations pour son amélioration.