LE GOUVERNEMENT ET UNE ORGANISATION NÉERLANDAISE SIGNENT UN ACCORD

LE GOUVERNEMENT ET UNE ORGANISATION NÉERLANDAISE SIGNENT UN ACCORD

www.7sur7.cd

Signature_1Mariage scellé sous l’œil témoin du ministre Yav Mulang. 
La RDC, à travers la Cellule d’exécution des financements en faveur des Etats fragiles (CFEF), relavant du ministère des Finances et l’organisation néerlandaise pour développement(SNV) ont signé, hier, une convention de maîtrise d’ouvrage délégué. L’exécution de cet accord vise à augmenter la productivité et l’emploi dans les chaînes de valeur des filières du riz, du manioc et de l’huile de palme dans la province du Kongo Central. Le mariage a été scellé sous l’œil témoin du ministre des Finances Henri Yav Mulang et celui du Gouverneur du Kongo Central Mbadu Situ. Le premier pilote le projet et le second en est le bénéficiaire. Les deux parties étaient représentées du côté de la RDC par Alain Lungungu, coordonnateur du projet et Albert Van Denham, Directeur général de la SNV.

Par la signature de cette convention, a souligné le ministre des Finances Yav Mulang, le Gouvernement confie officiellement à la SNV, la mission d’opérateur de proximité pour la structuration des organisations paysannes et la professionnalisation des producteurs dans les trois filières riz, manioc et huile de palme dans les six pôles de croissance. Il s’agit des pôles de Tshela, Lukala, Boma, Mbanza-Ngungu et Inkisi. Cela dans le cadre de la mise en œuvre de la composante1 du projet de Développement des pôles de croissance Ouest (PDPC) financé dans sa globalité à hauteur de 110 millions USD par la BM pour le développement des chaînes de valeur agricole dans les trois filières.  » Avec la signature de cette convention, a souligné le ministre Yav Mulang, le PDPC franchit un pas de plus dans l’intégration de la dynamique paysanne dans le développement des chaînes de valeur agricoles, gage de la mise en place d’un modèle agricole durable, inclusif et professionnalisant « . Il a salué les animateurs de la CFEF qui,  » malgré un démarrage difficile, ont permis de faire avancer toutes les activités de cette composante « . Yav Mulang a également promis l’accompagnement du Gouvernement à travers les ministères de l’Agriculture et des Finances, par le canal de la CFEF à la SNV.
Près de 50 mille agriculteurs, dont plus ou moins 40% femmes, sont visés par ce projet et près de11 mille emplois directs seront crées sur une période de 5 ans.

MISSION 
A travers ce projet, la SNV va procéder à la structuration des ménages paysans en 250 coopératives agricoles, de 200 membres en moyenne, dont chacun bénéficiera des services de vulgarisation agricole à travers les champs écoles paysans. Six plateformes multiservices ainsi que 3 plateformes agroindustrielles seront construites à Kimpese, Lukala et Tshela. Ce sont ces plateformes qui seront chargées de la transformation et de la valorisation, chaque année, de 100 mille tonnes de produits du manioc, du riz et de l’huile de palme provenant des coopératives. L’opérateur de proximité, la SNV aura également à favoriser le développement des liens d’affaires entre les coopératives et les entreprises liées aux filières ciblées.

LE SATISFECIT DE MBADU
Patron de la province bénéficiaire du programme, le gouverneur de la province du Kongo central n’a pas manqué d’exprimer sa satisfaction  » pour avoir été associé à cet événement qui laissera une empreinte indélébile dans l’histoire économique de notre province ». Ce n’est pas tout. Le no1 de la province du Kongo central se dit fier du fait que les 11mille emplois que va générer le projet vont  » s’ajouter aux 10 mille autres emplois créés depuis son avènement à la tête de la province « . Son souhait est de voir la SNV travailler en étroite collaboration avec les institutions provinciales afin de faciliter l’appropriation du projet par les bénéficiaires. Mbadu Situ piaffe d’impatience de voir le projet finaliser la signature des contrats avec les attributaires qui ont déjà gagné les différents marchés de réhabilitation de plus de 500 kms des routes de dessertes agricoles dans sa province. Cela constitue selon lui :  » un besoin hyper urgent pour la province. Une province qui a plutôt un problème d’évacuation des produits agricoles que de production « . Son cheval de bataille : voir les gestionnaires des structures utiliser la main-d’œuvre et l’expertise locale afin de favoriser le développement de l’économie provinciale.
Pour le DG de l’organisation néerlandaise de développement Dr Allert van den HAM, la mise en œuvre de ce projet va permettre à la SNV non seulement de consolider ses acquits mais aussi d’élargir son rayon d’action et d’augmenter le nombre de bénéficiaires, dix fois plus, passant de 5 mille à 50 mille ménages « .
Le Chargé des projets à la BM a, au nom du Directeur des opérations, salué la signature du contrat mise en œuvre en octobre 2013. Mais, le défi aujourd’hui, selon lui, est de relever le projet. Il a fait savoir que les résultats de ce projet pourront être déterminants pour l’engagement de la BM dans les projets à venir. Dina BUHAKE