PARTICIPATION A LA JOURNEE INTERNATIONALE DE LA FEMME RURALE

IMG_2182

Femmes rurales de Lukula

LUKULA : PARTICIPATION DE LA CFEF A LA JOURNEE INTERNATIONALE DE LA FEMME RURALE

Cliquez ici pour les photos

La CFEF a participé à la Journée Internationale de la Femme Rurale, édition 2015, organisée par l’Association pour la Promotion de la Femme Rurale de Lukula, du 27 au 29 octobre 2015. Pour cette année, cette Organisation d’encadrement des paysannes a proposé le thème : « Cultivons ce que nous mangeons et mangeons ce que produisons». La délégation de la CFEF, conduite par l’Expert en Communication, en a profité pour présenter la place et le rôle que la Femme paysanne est sensée jouer dans la mise en œuvre de la première composante du PDPC : « Développement des chaînes de valeur agricoles dans le Kongo Central ».

A l’issue d’un défilé de près de 500 femmes, réunies au sein de 16 organisations paysannes, M. l’Expert en Communication de la CFEF a commencé par rappeler que l’objectif du PDPC est d‘augmenter la productivité et l’emploi dans les chaînes de valeur agricoles sélectionnées dans les zones géographiques cibles qui sont Inkisi, Mbanza-Ngungu, Kimpese, Boma, Tshela et bien sûr Lukula. Il s’agit de générer environ 11. 000 emplois, d’accroître les revenus de près de 50.000 agriculteurs exploitant le manioc, le riz et le palmier à huile. Ces résultats ne seront atteints qu’ à travers le renforcement des organisations de producteurs, la fourniture du matériel végétal certifié, le soutien au développement de partenariats entre les entreprises agro-alimentaires et les coopératives agricoles, et la création des centres techniques agro-alimentaires.

Défilé d'une organisation féminine de Lukula

Défilé d’une organisation féminine de Lukula

L’atteinte de ces résultats passe par la remise en état de près de 500 km de routes rurales afin de relier les zones de production à celles de transformation et de consommation, par l’implantation des plateformes industrielles et par la fourniture d’énergie électrique et d’eau pour l’industrie agro-alimentaire.

Bien que consciente de l’impatience, somme toute légitime, qui règne auprès des bénéficiaires et des intervenants, des efforts sont fournis afin de rendre un service de qualité et pour un plus grand nombre. Ainsi, les stations de l’INERA à Mvuazi, à Gimbi et à Kondo ont commencé à produire des semences certifiées sur plus de 30 hectares pour les boutures de manioc et 6 hectares pour le riz. Ces semences seront mises à la disposition des opérateurs semenciers avant la fin de cette année 2015.

M. Jean-Jean Samba, Expert en Communication de la CFEF

M. Jean-Jean Samba, Expert en Communication de la CFEF

S’agissant des opérateurs semenciers, des missions pour leur identification ont été effectués et des sessions de formation à leur intention ont été organisées. La fin de l’année 2015 marquera leur entrée en activité dans le cadre du PDPC. Pour la CFEF, les acteurs semenciers seront le maillon fort de cette activité, dans la mesure où ils auront pour tâche de transmettre aux organisations paysannes des semences leur permettant de produire en quantité et qualité nécessaires pour nos populations et nos industries.

Parmi les autres points qui ont connu des avancées, il sied de noter les attributions pour la réhabilitation des pistes rurales et les ouvrages de franchissement. Concernant particulièrement le pôle de Lukula, on peut citer les axes Lukula-Mvuangu via carrefour Hortense sur 40,5 km et Patu – Kingendi Tsiama via Kitsala soit 33,8 km.

Une autre avancée est le début du processus d’acquisition d’une partie de la concession Agrifor, par le paiement des arriérés de salaires et des décomptes finals du personnel. En effet, les installations qui seront érigées au sein de l a concession Agrifor joueront un rôle capital dans mise en œuvre des activités de la première composante du Projet. Elles permettront d’établir un lien commercial entre le producteur et les infrastructures de transformation. En effet, il est connu de tous qu’un paysan qui n’arrive pas à écouler sa marchandise finit par abandonner cette activité. La plateforme industrielle de Lukula jouera un grand rôle dans la collecte et la transformation des produits des paysans.

Une plateforme industrielle, à la dimension de celle que la CFEF installera à Lukula, exige de l’énergie électrique de bonne qualité. C’est dans ce cadre qu’une deuxième ligne sera tirée afin de renforcer la fourniture en courant électrique.

Mme Espérance Nzuzi, présidente de l'APROFEL

Mme Espérance Nzuzi, présidente de l’APROFEL

En célébrant, à Lukula, la Journée Internationale de la Femme Rurale, le PDPC tient à montrer la place et le rôle important qu’il accorde à la Femme. En effet, la Femme doit être intervenante et bénéficiaire à au moins 40% des activités du Projet. Le diagnostic de la dynamique paysanne dans le Kongo Central a présenté des signes encourageants mais des efforts restent à faire. Il ressort de ce rapport que sur 62 unions, 18 seulement sont dirigées par les femmes, soit 29%. Sur 551 organisations paysannes, 150 sont dirigées par des femmes, soit 27%. Pour ce qui est des ONGD, le diagnostic montre que 24% sont dirigées par des femmes. Le PDPC appelle toutes les Femmes paysannes à plus d’engagement au sein des fédérations, des unions et des organisations paysannes.

La CFEF sait qu’elle peut compter sur le dynamisme particulier de la Femme de Lukula pour y arriver. En effet, ce ne sont pas les organisations qui font défaut, notamment l’APROFEL de Mme Espérance Nzuzi, qui est à féliciter pour l’organisation de cette belle manifestation.