PDPC : STRUCTURATION ET PROFESSIONNALISATION DES PAYSANS

Les activités du Projet de Développement du Pôle de Croissance Ouest (PDPC) vont atteindre la vitesse de croisière avec la signature de la convention de maîtrise déléguée entre la Cellule d’exécution des Financements en faveur des Etats Fragiles (CFEF) et l’Organisation Néerlandaise de Développement (SNV) pour la structuration des organisations paysannes et la professionnalisation des producteurs dans les filières riz, huile de palme et manioc, dans les pôles nodaux de Inkisi, Mbanza-Ngungu, Kimpese, Boma, Lukula et Tshela.

Son Excellence Henri Yav Muland, Ministre des Finances

Son Excellence Henri Yav Mulang, Ministre des Finances

La cérémonie présidée par Son Excellence Henri Yav Muland, Ministre des Finances, ce mercredi 10 février 2016, a connu la participation de l’Honorable Léonard Nsimba Nzingula, Président de l’Assemblée provinciale du Kongo central, Son Excellence Jacques Mbadu Nsitu, Gouverneur de la province du Kongo Central, de Monsieur Amadou Oumar Ba et Mme Milaine Rossanaly, co-chargés du PDPC à la Banque mondiale, d’autres intervenants au projet ainsi qu’un groupe représentant les bénéficiaires du projets : les agriculteurs.

La cérémonie a commencé par une brève présentation du cadre d’intervention des toutes les parties prenantes à la composante par M. Alain Lungungu, Coordonnateur National de la CFEF, agence en charge d‘exécution du PDPC. A travers cette présentation, on comprend l’objectif de la composante : la reconstruction de la chaîne semencière, grâce à l’INERA et le SENASEM, l’encadrement des organisations paysannes à travers la SNV, la réhabilitation des pistes rurales par la DVDA et l’assistance technique de l’ONUDI pour l’implantation des plateformes industrielles et ateliers paysans.

Il s’en est suivi la signature de la convention de maîtrise d’ouvrage déléguée entre la CFEF, représentée par son Coordonnateur

Signature de la convention par MM Lungungu Alain et Allert van den Ham

Signature de la convention par MM Lungungu Alain et Allert van den Ham

National, Alain Lungungu, et le Directeur Général de SNV, Dr Allert van den Ham.

Prenant la parole, Monsieur Allert van den Ham a rappelé que le secteur agricole occupe plus de 75 % de la population et reste l’une de leurs principales sources de revenus. C’est pour cette raison que SNV a choisi l’Agriculture comme un de ses secteurs d’intervention. Dans la province du Kongo Central, SNV intervient dans le secteur de l’Agriculture depuis 2010 et plus particulièrement dans les filières agricoles suivantes : le riz, le manioc et l’huile de palme. Et d’annoncer que la solution de « Inclusive Business » de SNV, au travers des plateformes multi-services, a été expérimentée dans plusieurs pays, notamment le Vietnam, le Kenya et le Zimbabwe et les résultats ont été positifs. SNV voudrait l’utiliser dans le cas du PDPC, bien évidemment en le contextualisant de manière en ce qu’il réponde au besoin de petits exploitants, de petites et moyennes entreprises ainsi que les grandes entreprises dans la province du Kongo Central.

Pour le N°1 de SNV, la signature de cette Convention et la mise en œuvre du PDPC Ouest va permettre de consolider les acquis de leur intervention, mais aussi d’élargir du rayon d’action et d’augmenter le nombre des bénéficiaires, dix fois plus, passant de 5,000 à 50,000 ménages.

C’est dire combien le défi est grand dans l’atteinte de cet objectif de 50,000 ménages bénéficiaires et SNV promet de ne ménager aucun effort pour y arriver.

Honorable Léonard Nsimba, Président de l'Assemblée provinciale du Kongo Central

Honorable Léonard Nsimba, Président de l’Assemblée provinciale du Kongo Central

« Nous adressons nos sincères remerciements au Gouvernement pour la matérialisation de la politique de l’emploi et de la lutte contre la sous-alimentation » a déclaré l’Honorable Léonard Nsimba, Président de l’Assemblée provinciale du Kongo Central, au nom de tous les bénéficiaires de cette composante. A son avis, le PDPC permettra au Kongo Central, province à vocation agricole, de fixer les paysans sur leurs terres, d’augmenter leur productivité, leur offrir des facilités d’évacuation de leurs productions et ainsi résorber l’exode rural. Il prend le ferme engagement, au nom des bénéficiaires, de s’approprier de ce projet qui va contribuer à la croissance économique et sociale du Kongo Central.

Monsieur Amadou Oumar Ba, représentant la Directeur des opérations de la Banque mondiale, s’est félicité de la signature de cette convention qui inclut les petits et moyens producteurs dans son schéma. Cette signature marque le démarrage effectif de cette composante, par la mise en œuvre du plan d’action issu du diagnostic de la dynamique paysanne effectué en 2014. Il n’a pas manqué de souligner que le secteur agricole est au cœur des préoccupations tant du Gouvernement congolais que de la Banque mondiale, des

Monsieur Amadou Oumar Ba, représentant la Directeur des opérations de la Banque mondiale

Monsieur Amadou Oumar Ba, représentant le Directeur des opérations de la Banque mondiale

investissements ambitieux sont mis en place en rapport avec les ambitions de la RDC, dont l’illustration parfaite est constituée par les parcs agroindustriels. Néanmoins, la place de la Femme doit être renforcée et les ménages paysans doivent être au centre des activités de cette composante. La Banque mondiale s’engage à accompagner la CFEF par une supervision régulière et rapprochées.

En se réjouissant de « cet événement qui laissera une empreinte indélébile dans l’histoire économique » du Kongo Central, Son

Excellence Jacques Mbadu s’est réjoui de 11.000 emplois directs à générer, dont 40 % des femmes, avant de signaler que depuis l’avènement du nouvel exécutif provincial, 10.000 emplois ont créés. Tout en déplorant le retard pris dans la conclusion de la convention avec SNV, le n°1 du Kongo Central invite cette ONG « à rattraper ce que nous nous permettrions d’appeler retard dans l’encadrement des activités du projet ». Et de souhaiter une étroite collaboration avec les institutions provinciale pour leur permettre d’être à la page et faciliter conséquemment l’appropriation du projet par les bénéficiaires. Monsieur le Gouverneur du Kongo Central a rassuré à SNV de son implication totale dans la mise en œuvre du projet pour le bienêtre des populations locales.

Son Excellence Jacques Mbadu, Gouverneur du Kongo Central

Son Excellence Jacques Mbadu, Gouverneur du Kongo Central

Avant de clôturer cette cérémonie, Son Excellence Monsieur le Ministre des Finances a noté qu’avec la signature de cette convention, le PDPC franchit un pas de plus dans sa mise en œuvre et évolue droitement vers ses bénéficiaires finaux qui sont les ménages agricoles. Il a tenu à souligner que l’intégration de la dynamique paysanne dans le développement des chaînes de valeur agricoles est le gage de développement d’un modèle agricole durable, inclusif et professionnalisant, dans une démarche vers un Congo émergeant.

Tout en saluant les efforts des animateurs de la CFEF qui contribuent à la mise œuvre de ce projet, Son Excellence Monsieur le Ministre a garanti à la SNV le soutien du Gouvernement de la République et lui a rappelé la nécessité d’une implication des services et acteurs locaux dans la réalisation de sa mission et à mettre à disposition du projet les experts les plus pointus en la matière, afin de s’assurer de la réussite de la mission. Avant de clore son propos, il a tenu à remercier la Banque mondiale pour son appui technique et financier dans la mise en œuvre de ce projet et l’invite à poursuivre ses efforts pour renforcer les capacités opérationnelles de la CFEF dans sa lourde tâche de coordination des projets à caractères transversaux.

Résultats attendus de la prestation de SNV :

R1 : 50.000 ménages bénéficiaires sont structurées dans des groupements coopératifs forts et crédibles, à raison de 20.000 producteurs dans la filière manioc, 25.000 dans la filière huile de palme et 5.000 dans la filière riz

R2 50.000 ménages bénéficiaires sont atteints et leur production agricole réalise des surplus en quantité et en qualité commercialisable

R3 Les groupements de producteurs sont structurés, formés et enregistrés comme entreprises rurales, coopératives, avec une participation des femmes à 40 pour cent parmi les membres et les organes de décision

R4 Force paysanne du Kongo central (FOPAKO) est restructurée et redynamisée

R5 : Les paysans sont formés et participent activement à la gestion des plateformes multiservices industrielles et artisanales au bout de trois ans

R6 : L’IPAPEL est renforcé et capable de délivrer les services.