TDRs gestionnaire des plateformes agroindustrielles

TDRs gestionnaire des plateformes agroindustrielles

République Démocratique du Congo

Ministère des Finances

Cellule d’exécution des Financements en faveur des Etats Fragiles

« La CFEF »

 PROJET DE DEVELOPPEMENT DES POLES DE CROISSANCE OUEST

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D’UNE FIRME CHARGEE DE LA GESTION DE TROIS PLATEFORMES AGROINDUSTRIELLES A IMPLANTER DANS LES PÔLES NODAUX DE KIMPESE, LUKULA ET TSHELA DANS LA PROVINCE DU KONGO CENTRAL

I.  Contexte de la mission

  • Le Gouvernement de la République Démocratique du Congo a obtenu auprès de la Banque Mondiale des ressources pour le financement d’un projet de Développement de Pôles de Croissance Ouest, PDPC en sigle, dont l’objectif de la première composante est d’augmenter la productivité et l’emploi dans les chaînes de valeur des filières sélectionnées dans les six pôles nodaux identifiés sur les corridors Boma-Lukula-Tshela et Kimpese-Mbanza Ngungu-Inkisi, afin d’accroître les revenus de près de 50.000 agriculteurs, dont au moins 40 pourcent de femmes. Pour inciter les paysans à augmenter la production agricole et les connecter aux marchés, il est prévu que le Projet appuie notamment, la construction de trois plateformes agro-industrielles dédiée à la transformation du riz, du manioc et de l’huile de palme.
  • Aux fins de permettre un approvisionnement continu des plateformes agroindustrielles en intrants et matières premières au bon moment, en quantité adéquate et selon la qualité voulue, les producteurs locaux sont en cours de structuration en groupements et coopératives avec l’appui d’un opérateur de proximité de réputation internationale dénommé SNV, dans l’objectif de garantir une production de qualité dans le cadre d’une agriculture contractuelle mise en œuvre selon le modèle centralisé et une approche de chaînes de valeur élaboré par le projet.
  • Dans le cadre de la mise en place du processus intégral d’industrialisation des trois filières, le projet recourt à l’appui technique de l’Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel (ONUDI). La première phase a consisté à l’élaboration d’une étude de faisabilité par un consultant international comme préalable à la seconde phase qui est relative au développement des plateformes agroindustrielles. L’étude du marché a révélé une forte demande des produits finis des usines et a souligné la disponibilité des matières premières, en quantité suffisante, produites localement. Pour ce qui est des produits dérivés de manioc (farine de manioc, amidon, chikwange et feuilles de manioc), ils occupent une place prépondérante dans la consommation alimentaire de la plupart des ménages, des hôtels-restaurants-cafétérias (HORECA), ainsi que les industriels installés dans les villes Kinshasa, Matadi, Boma, Moanda et Cabinda. S’agissant des produits à base du palmier à huile, ils constituent la principale huile alimentaire dans la plus grande partie du pays. L’huile de palme consommée par les ménages ruraux et les ménages urbains provient principalement des plantations villageoises et de palmiers naturels, alors que celle consommée par les entreprises de transformation proviennent des agro-industries. L’analyse financière a démontré que les investissements destinés au développement des trois plateformes sont rentables quel que soit le scénario d’exploitation.
  • Le modèle de gestion prévoit la mise en place d’un partenariat stratégique avec une firme privée de calibre international devant démontrer de fortes capacités techniques et humaines et justifier une expérience dans le développement et la gestion des projets similaires. Le modèle de contrat de partenariat inclut la dimension synallagmatique des obligations conventionnelles entre la firme gestionnaire et les producteurs locaux. Les engagements de l’opérateur gestionnaire partenaire se déclineront en termes d’efficacité socio-économique, d’efficience de la gestion ou de qualité de prestations.
  • Aux fins d’assurer une utilisation durable de l’ensemble des infrastructures et la stabilité du cadre d’exploitation des équipements concernés, il est prévu avant la clôture du projet, la constitution d’une société de patrimoine anonyme selon les exigences du droit OHADA et qui sera cessionnaire et propriétaire du patrimoine industriel et foncier. Dans ce contexte, la CFEF se chargera de matérialiser cette opération de cession de l’ensemble du patrimoine à la clôture des opérations du Projet.
  • C’est dans ce contexte que le projet a développé les présents Termes de Référence afin de recruter un prestataire (firme) de calibre international qui aura la charge d’assurer la gestion quotidienne des plateformes. Cette firme constitue le couper de l’opérationnalisation du système.

II. Objectif de la mission du Consultant

  • L’objectif de la mission est d’assurer la gestion, l’exploitation, la maintenance des Plateformes et la mise en place d’un réseau d’approvisionnement en produits agricoles avec les producteurs locaux se trouvant dans la province du Kongo Central, sur la base d’un plan d’affaire approuvé par le projet.

III. Taches à réaliser

  • Les services de consultant comprennent les activités à réaliser selon le séquençage ci-après :

Phase I : Gestion des commandes des machines et des bâtiments

  • Proposer un équipementier des plateformes et fournir les fiches techniques de différentes machines de transformation des produits agricoles, ainsi que les services connexes, à approuver par le client, en cohérence avec les Avant-Projets Détaillés et les études techniques réalisées ;
  • Effectuer une visite obligatoire sur les trois sites où seront implantées les plateformes et présenter un procès-verbal de visite contresigné par le projet et/ou les préposés des administrateurs de territoire ;
  • Présenter le plan d’aménagement final des sites dans lesquels seront implantées les plateformes, en adéquation avec les équipements proposés et sur la base des études techniques en rapport avec les bâtiments industriels à construire, à approuver par le client;
  • Proposer l’entreprise qui réalisera les travaux de construction des bâtiments ;
  • Procéder à l’actualisation du plan d’affaires sur base des coûts des équipements et des travaux ;
  • Commander les machines, y compris leur installation, ainsi que la construction des bâtiments[1].

Phase II : Gestion des approvisionnements des plateformes agroindustrielles

  • Mettre en place un système d’approvisionnement des plateformes agroindustrielles en vue d’assurer le fonctionnement des installations et la production continue à un niveau au moins égal aux objectifs fixés dans le plan d’affaire. Ceci se fera à travers, notamment : (i) la mise en place des services commerciaux et d’approvisionnement ; (ii) la mise en œuvre des partenariats avec les producteurs des produits agricoles par une contractualisation selon le modèle d’agriculture contractuelle produit par le projet et (iii) la mise en place et la gestion des centres de collecte des produits agricoles et des services d’appui aux producteurs en maillant les zones de production ciblées, y compris ceux implantés par l’opérateur de proximité ;
  • Préparer et exécuter un programme de production et d’approvisionnements en matières premières selon les capacités installées des plateformes;
  • Procéder régulièrement au paiement des factures émises sur base des livraisons des produits agricoles de manière à réduire les risques des aléas moraux des producteurs et à éviter le braconnage de la production agricole par des acheteurs du marché libre ;
  • Elaborer des manuels de gestion technique, commerciale, administrative et financière nécessaire au fonctionnement des plateformes.

Phase III : Gestion opérationnelle des plateformes

  • Identifier les activités de production, les limites en capacités installées des plateformes industrielles, les besoins en ressources financières et humaines conformément à l’organigramme en annexe ;
  • Développer et mettra en œuvre tous les outils de gestion des procédés, des flux physiques et financiers ;
  • Faire une revue de tous les aspects de la gestion des plateformes industrielles et quantifiera le potentiel en réduction de coûts et en amélioration de la trésorerie ;
  • Mettre en place un système de gestion comptable simple et efficace permettant d’assister la gestion journalière de la trésorerie et la production régulière (au moins mensuelle) d’états financiers. Ce système intégrera autant que possible les bases permettant d’établir une comptabilité analytique des coûts.
  • Faire une revue des activités d’exploitation des plateformes industrielles et identifiera les actions à entreprendre sur le plan organisationnel pour assurer la gestion des plateformes industrielles.
  • Identifier les sources potentielles de création de recettes, de réduction des coûts, d’amélioration de la productivité, et toute autre opportunité d’optimisation de la trésorerie en partant du plan d’affaires final et de l’analyse financière du projet.

IV. Lieu et Durée de la mission

  • Les services du Prestataire seront exécutés dans les sites où seront installées les plateformes agro-industrielles dans la Province du Kongo Central. Ces services débuteront en janvier 2018 et seront exécutés sur une période de 2 ans, renouvelable après évaluation pour trois ans, selon les mêmes conditions contractuelles avec le Gouvernement. La construction des plateformes et l’installation des équipements seront exécutées conformément au chronogramme repris en annexe 1.

V. LIVRABLES

  • Le Consultant devra présenter les rapports suivants :
  • Un rapport de gestion ou d’activités à la fin de chaque mois ;
  • Un rapport d’évaluation du programme au bout des 6 mois d’exécution du contrat ;
  • Des rapports mensuels de flux de trésorerie et de production, avec comparaison par rapport aux objectifs fixés.
  • Des rapports semestriels de gestion intégrant une planification opérationnelle pour le semestre suivant;
  • A la fin du contrat, un rapport reprenant les actions critiques à entreprendre avec un planigramme pour assurer la production et une évolution positive des activités industrielles.

VI. Qualifications et expérience requises du consultant

  • Le consultant devra avoir le profil ci-dessous :
  • être une firme spécialisée dans les domaines de la gestion dans le secteur industriel ou toute autre discipline similaire avec une expérience démontrée de plus de 10 ans ;
  • présenter au moins une mission similaire, avec preuve des prestations antérieures jugées satisfaisantes par le bénéficiaire, effectuées au cours des 7 dernières années ;
  • connaître l’environnement socio-économique et commercial du site d’intervention serait un atout ;
  • disposer d’une équipe d’experts multidisciplinaires (voir Personnel clé ci-dessous) capables de travailler dans un environnement multisectoriel.

 

  • En outre, le consultant doit être disponible durant toute la durée de la mission, et ce, dès la signature du contrat et être en mesure de produire les rapports en français.

VII. Personnel clé

  • En adéquation avec l’organigramme repris en annexe 2, le consultant fournira dans son dossier la liste et les CVs du personnel qu’il compte mobiliser pour la réalisation des prestations demandées. Il doit présenter une équipe multidisciplinaire d’experts composée de la manière suivante :
  • Le Directeur Général des Opérations : avoir un Bac+5 en Gestion des Affaires, Economie, Droit, spécialité Management, administration des sociétés, organisation agile ou toute autre discipline similaire. L’expérience acquise dans la gestion des firmes industrielles (taille ETI) est impérative. L’expert devra justifier d’une expérience de 10 ans dans un poste de commandement, principalement dans le domaine industriel.
  • Le Directeur Financier : Avoir un Bac+5 en Economie, comptabilité ou en sciences commerciales et financières ou toute autre discipline similaire. Le consultant devra disposer d’une expérience dans la gestion financière des usines. L’expert devra justifier d’au moins de 7 ans d’expérience dans un poste similaire.
  • Le Directeur Commercial devra disposer d’un Bac+5 en économie appliquée, en gestion commerciale et marketing, en ingéniorat commercial ou équivalent. Il disposera d’une expérience d’au moins 10 ans à un poste dans le domaine de la commercialisation des produits issus des filières agricoles de riz, huile de palme et manioc.
  • Le Directeur de la production devra disposer d’un diplôme d’ingénieur civil ou équivalent. Avoir une expérience dans les opérations industrielles. L’expert devra justifier d’au moins de 10 ans d’expérience dans un poste de commandement dans une firme agro-industrielle.
  • Le Directeur des Ressources humaines devra justifier un diplôme de licence en Gestion des ressources humaines avec une spécialisation en Management des ressources humaines. Avoir une expérience dans l’agro-industrie et travaillé dans un cabinet privé spécialisé en GRH sera un atout.
  • Le consultant devra présenter lors de sa soumission le profil et CVs des autres experts correspondants à l’organigramme repris en annexe 2 pour approbation par le client.

VIII. MÉTHODE DE SÉLECTION

  • Les critères d’éligibilité, l’établissement de la liste restreinte et la procédure de sélection de consultant (firme/bureau d’études/cabinet) seront conformes aux procédures définies dans les Directives de l’IDA : Sélection et Emploi de Consultants par les Emprunteurs de la Banque mondiale, datées de janvier 2011, révisée en juillet 2014. Le consultant sera recruté selon la méthode de sélection fondée sur la qualité (SFQ).

IX. INTRANTS A FOURNIR AU CONSULTANT

  • Le projet mettra à la disposition du Consultant les documents tels que repris ci-dessous. Pris dans cet ordre, ces documents constitueront des instruments de référence pour sa mission, à savoir :
  • Directives de la Banque Mondiale datées de Mai 2004 sur la Gestion financière et la Passation des Marchés ;
  • Cadre de gestion environnementale et social du projet ;
  • Diagnostic de la dynamique paysanne ;
  • Note conceptuelle pour la mise en œuvre de la composante 1 ;
  • Manuel de suivi-évaluation et de communication des résultats ;
  • Etude d’Impact Environnemental et Social des plateformes industrielle des trois plateformes;
  • Etude de faisabilité et études détaillées pour la construction des trois plTDRs gestionnaire des plateformes agroindustrielles 19_07_17ateformes agroindustrielles, ainsi que le Plan d’affaires ;
  • Tout autre document technique disponible et jugé utile pour la mission.

[1] Les paiements seront assurés directement par le projet aux entreprises, fournisseurs et /ou sur base des factures et des pièces justificatives probantes lui transmises par le gestionnaire.

TDRs gestionnaire des plateformes agroindustrielles