UN SYSTÈME NATIONAL DE PAIEMENT BIENTÔT OPÉRATIONNEL EN RDC

arton6613Des représentants de la Cellule d’exécution des financements en faveur des Etats fragiles(CFEF) et la Banque Centrale du Congo (BCC) ont visité, hier mardi 2 février, le Data center de la BCC (sur l’av. Nzongo Ntolo à Gombe) et de certaines banques membres du réseau, en l’occurrence City Bank et Ecobank. Cette visite leur a permis de se rendre compte de l’effectivité des infrastructures construites dans le cadre du réseau de télécommunication interbancaire en fibre optique.

http://www.forumdesas.org/

Avec des infrastructures physiques en cours de livraison, la BCC et la CFEF respectivement actrice principale et agence d’exécution du projet rassurent qu’avec le nouveau système de paiement, le délai des transactions va être raccourci. Mais, le cadre réglementaire légal devant sécuriser les opérations fait encore défaut.
L’actuel système de paiement, caractérisé notamment par l’utilisation des espèces et quasiment manuel est en train de céder la place à celui qui promeut la monnaie scripturale avec un système moderne. C’est ce qui explique la mise en place du Projet de développement des infrastructures financières et marchés (PDIFM). 
Ce projet vise, dans sa composante « modernisation de l’infrastructure des systèmes de paiement pour une finance inclusive « , la mise en œuvre d’un nouveau système national des paiements (SNP). Parmi les innovations de ce système, il y a lieu de relever le règlement en temps réel de tous les paiements de gros montants et des paiements électroniques de détail. 

QUID DU DATA CENTER ?

Dans ce cadre, un réseau de télécommunication interbancaire en fibre optique a été installé entre le siège de la BCC, la Data center(BCC), les 19 banques commerciales agréées et la Direction du Trésor et l’ordonnancement (DTO) du ministère des Finances. 
Les règlements par cartes bancaires, par exemple, ne se feront plus seulement entre la banque émettrice mais en réseau (entre les banques). 
Selon les techniciens,  » le Data center fonctionne comme un back up (unité de secours) en cas de défaillance du siège BCC. Il est relié au premier par un câble aérien et un câble souterrain. Une autre boucle de réseau passant par Standard Telecom relie la BCC aux banques commerciales et à la DTO. De cette manière, quelle que soit la situation qui pourrait survenir la liaison restera disponible de manière automatique par ce système de double redondance « . 
En d’autres termes, le Data center est un centre d’hébergement d’équipements informatiques destinés au système national de paiement (climatisation, équipement anti-incendie et de détection).

LE TRESOR PUBLIC BIENTOT CONNECTE
 » Le réseau interbancaire aura un impact sur la bancarisation, car le règlement se fera en temps réel. Le Trésor public sera également connecté et cela va permettre de booster le taux de bancarisation « , ont fait savoir les intervenants au cours d’une conférence de presse conjointement animée par le DG de la BCC Jean Louis Kayembe, le Coordonnateur de la CFEF Alain Lungungu, le Chargé des projets de la BM et le représentant de Standard Telecom. 
Ils ont plaidé pour la mise en place des lois, seul cadre légal devant sécuriser les différentes opérations. Parce que le nouveau système national des paiements suppose un dispositif légal (qui n’est pas encore voté), des équipements sur un réseau (déjà installé dans chaque banque) et, enfin, la transaction en temps réel et sécuritaire dans chaque banque. 

L’APPORT DE LA BANQUE MONDIALE

C’est donc un système de paiement plus vaste qui inclut non seulement les banques, mais n’importe quel opérateur. Pourvu que ce dernier soit branché sur le réseau. Le commutateur national des cartes bancaires (switch) connectera à l’achèvement d’un système de transfert automatisé (ATS) de la BCC toutes les banques commerciales et les systèmes exploités par des tiers pour les paiements électroniques. 
Le PDIFM est un projet de la BM. Il a été mis en œuvre en 2014 et court jusqu’en 2020. Son enveloppe globale est évaluée à 30 millions USD. Il cible toutes les provinces de la RDC. Dina BUHAKE